• UNSA SAPAP

CSE DÉCLARATION du 21 janvier 2021


L’UNSA-SAPAP en tant qu’Organisation Syndicale Représentative a pris ses responsabilités

en novembre 2020 en signant seule l’Accord de Performance Collective. À ce titre, l’UNSA-SAPAP priorisait le maintien de l’emploi jusqu’en 2023, s’engageant ainsi dans la défense et la préservation de l’intérêt des salariés d’Aéroports de Paris.

L’UNSA-SAPAP, force de propositions, a contesté et a combattu les mesures pérennes proposés dans l’accord de performance collective initial.

Consciente que certaines mesures étaient très pénalisantes pour l’ensemble des salariés,

l’UNSA-SAPAP a négocié de multiples clauses de revoyure permettant ainsi d’en limiter leurs effets dans le temps et d’en rendre la plupart réversibles. La garantie de l’emploi de trois ans s’accompagnait en contrepartie d’une baisse équilibrée et équitable de la rémunération pour tous, sans stigmatiser une catégorie ou un rythme horaire.

La crise sanitaire mondiale sans précédent à laquelle nous sommes confrontés entraîne l’accélération d’une reconversion industrielle due aux enjeux climatiques et à l’émergence d’un nouveau modèle économique. Le développement international n’a pourtant pas été stoppé, encore aujourd’hui possible selon la Direction, alors que les plateformes parisiennes sont exsangues, elles devront, seules, faire face à leurs difficultés.

Tout cela, justifie-t-il pour autant la remise à plat complète et définitive du modèle social d’Aéroports de Paris ?

Ces treize mesures, vont provoquer une réduction définitive de la rémunération, fragilisant les salariés de notre entreprise, notre statut et nos acquis.

Les mesures de modifications du contrat de travail qui nous mobilisent dès aujourd’hui pourraient avoir comme conséquence un rejet massif qui induirait des licenciements.

Pour l’UNSA-SAPAP, la clause de mobilité étendue à tous les salariés est irrecevable dans sa forme et dans son fond.

Pour notre Organisation Syndicale cette perspective est inacceptable.

Comment accepter ces orientations inéquitables qui toucheront de plein fouet entre autres les salariés les plus anciens et les plus éloignés de leur lieu de travail ?

Les salariés d’Aéroports de Paris ont œuvré pour le développement de l’entreprise durant des années. Elles et ils sont prêts dans leur ensemble à être les acteurs de leur avenir mais ce ne doit pas être au détriment de celui-ci. La plupart des salariés ont été déjà lourdement touchés par l’activité partielle, ces mesures telles que décrites aujourd’hui les plongeraient encore plus dans des situations personnelles et professionnelles désastreuses pour de nombreuses années.

Quel espoir ont-ils un jour de pouvoir à nouveau bénéficier du fruit de ces sacrifices ?


Il suffit de constater le nombre de postulants au départ à la Rupture Conventionnelle Collective, largement supérieur à vos estimations, démontrant la perte sérieuse de confiance en l’avenir de l’entreprise.

Un des engagements de notre PdG AUGUSTIN DE ROMANET en novembre dernier était de ne pas mettre en place de mesures punitives face au rejet des trois accords, comment ne pas voir cela comme tel !

Il n’y aura pas d’autres solutions que de négocier et le résultat sera à la hauteur de la mobilisation et l’entente des organisations syndicales.


Télécharger le document au format PDF






1,094 vues

Posts récents

Voir tout

©2020 UNSA SAPAP